Sevrage: Comment sevrer bébé en douceur ?

Comme la moitié des mamans en France, vous faites peut-être partie de celles qui ont choisi d’allaiter leur nourrisson. Un choix très personnel qui vous a rapproché de votre enfant des mois durant et qui doit pourtant prendre fin à un certain moment. Pour diverses raisons, il est probable que vous ayez envie de mettre un terme à l’allaitement ou que le petit devienne réticent à la tétée. Dans ce cas, c’est l’occasion rêvée de penser au sevrage. Mais comment le sevrer ?

Comment savoir quand il est temps ?

Allaiter votre enfant a été un véritable moment de partage que vous avez vécu avec beaucoup d’émotion. Et c’est normal puisqu’il s’agit des instants les plus intenses que vous ayez pu vivre avec votre petit dans ses premiers mois. Cependant, il arrive un moment où l’allaitement doit prendre fin afin de commencer à sevrer son enfant. Et ce, pour diverses raisons.

⇨ La reprise du travail

Dans ce cas, pas la peine de s’y prendre 1 mois à l’avance, mais pas non plus à la dernière minute. Afin d’être tranquille avant la reprise de votre poste, on préconise de s’y prendre 15 jours à l’avance environ.

⇨ Par lassitude

Allaiter est également très fatiguant et éprouvant, et pour cela, vous ne pouvez pas recevoir d’aide de votre conjoint, bien évidemment. Quand cela devient trop pesant pour la mère, alors il est temps de commencer à revoir la chose et sevrer l’enfant.

⇨ Le petit en a marre

Contre toute attente, parfois, c’est l’enfant qui f ait sentir qu’il en a marre. Si tel est le cas, vous le comprendrez très facilement, car le petit commence à se raidir en rejetant le corps vers l’arrière ou en tournant la tête de côté. Dans ce cas, autant en profiter pour commencer le sevrage.

Comment sevrer son petit ?

Avant de commencer à sevrer son petit, il y a bien évidemment plusieurs petites choses à savoir. Tout d’abord, il faut du temps surtout si l’enfant est attaché à la relation gustative qu’il a créée avec le sein de sa mère. Il reconnait le gout, l’odeur, la forme… ce qui peut rendre les premiers biberons difficiles. En prime, le passage du lait maternel au lait en poudre peut être déconcertant pour certains.

Pour cela, tout est question de temps. Il convient de laisser les jours qui passent tout en suivant ces précieux conseils.

⇨ Espacer les tétées

Bébé n’acceptera certainement pas d’abandonner le sein de maman du jour au lendemain. Mais, pour lui faire comprendre qu’un changement se prépare, le mieux est de commencer à lui proposer autre chose que le sein maternel. On peut par exemple procéder à un biberon le premier jour puis un de plus chaque jour.

S’il les refuse, pas de panique, dans ce cas réessayez plus tard. On rappelle que Rome ne s’est pas faite en un jour ! Les tétines physiologiques peuvent également être d’une grande aide, car leur embout reproduit la forme du mamelon. Même si bébé n’est pas dupe, il est probable qu’il se laisse avoir dans les premiers moments.

⇨ Alterner et aller à son rythme

Le mieux est donc d’alterner entre sein et tétée afin que bébé comprenne qu’il peut être amené à changer de nourriture et de repas. Vous pouvez y aller en douceur et proposer un biberon une fois tous les 2 à 3 jours afin de ne pas déconcerter l’enfant.

⇨ Commencer avec du lait maternel

Si bébé fait la tête à l’approche du lait en poudre, c’est normal. Il cherche à retrouver l’odeur et les habitudes qui lui ont été données. Dans ce cas, on peut continuer à utiliser du lait maternel à l’aide d’un tire-lait lors des premiers biberons. La transition n’en sera que meilleure et se fera en douceur.

⇨ Opter pour une tétine à petite vitesse

Le choix de la petite vitesse permettra à bébé de reproduire la tétée énergique dont il avait l’habitude avec le sein. Sans ça, le lait pourrait être dégusté trop vite et rendre l’enfant malade.

⇨ Rester proche de son enfant

Le sevrage peut créer une sensation d’abandon, de frustration, chez le nourrisson comme chez la mère. C’est une réaction tout à fait normale puisque ce moment de partage qui se voulait si proche se prépare à être modifié. Cependant, pour éviter que cela ne dure, il est conseillé de continuer à nourrir son petit proche de soi toujours en position d’allaitement.

⇨ Donner le relai au père

Il est justement temps d’en profiter pour passer le relai au papa qui n’en sera que plus heureux. Pour rendre les choses plus évidentes et éviter au bébé de se demander pourquoi il est privé du sein, le mieux est de sortir de la pièce, quitte à aller faire un tour, se détendre, se promener… Laissez libre cours à votre imagination pendant ce moment de tranquillité. Cela permettra à l’enfant d’assimiler que quand vous n’êtes pas là, c’est papa qui prend le relai.

⇨ Être patiente

Rome ne s’est pas fait en un jour ! Il en sera de même pour le sevrage de votre enfant. Ne perdez pas de vue votre objectif et réitérez même si bébé refuse les biberons. Tout est question de temps.

À quel âge sevrer son nourrisson ?

Sachez qu’il est tout à fait possible d’initier le sevrage d’un nourrisson même si celui-ci est allaité depuis 1 jour, 1 semaine, 1 mois… À ce propos, l’OMS (*organisation mondiale de la santé) conseille d’allaiter son petit jusqu’à un an, voire deux. Malheureusement, cette recommandation n’est pas toujours évidente à suivre. Parfois, c’est même l’enfant qui décide de ne plus téter, dans ce cas on appelle ça le sevrage naturel.

Le mieux étant de commencer le sevrage quand vous le décidez et de ne jamais prendre cette décision sous les conseils de quelqu’un d’autre.

Comment faire accepter le biberon à un bébé allaité ?

Difficile à croire, mais il semblerait que bébé fasse preuve de fermeté et de refus face au biberon que vous lui proposez. De toute évidence, votre bout d’chou n’a pas l’air ravi d’être en pleine phase de sevrage et vous le fait comprendre par tous les moyens. Pas de panique pour autant, on vous dit comment calmer votre enfant pour le faire passer du sein au biberon plus rapidement.

Après avoir passé plusieurs mois à allaiter votre petit, difficile de lui faire changer d’avis. Pourtant, vous allez bientôt reprendre le travail et le changement demeure important afin que bébé puisse être en mesure de déguster chacun de ses repas en votre absence. Pour lui faire accepter son biberon, il y a bien sûr quelques petits conseils et astuces à suivre et qui pourrait considérablement faire bouger la chose.

⇨ L’importance de la parole

Dès ses premiers mois, bébé a été habitué à votre voix et à celle de votre conjoint. Même s’il ne comprend pas encore les mots, il sait reconnaitre les intonations, les émotions, ce qui permet de le rassurer et le maintenir dans sa bulle de confort. Ainsi, lorsque celui-ci doit s’habituer aux changements, n’hésitez pas à rester très proche de lui.

⇨ La persévérance

Bébé n’est pas ouvert à la nouveauté ? Ne vous en faites pas et persévérez ! Il vaut parfois mieux laisser passer quelques heures, voire quelques jours avant de lui redonner le biberon et cela vaut également pour tous les autres changements dont il sera témoin dans les mois à venir. Vous pouvez également déléguer le repas au papa et y aller par étape. La nuit par exemple, déléguez et optez pour une biberon.

⇨ La patience

Vous appréhendez la phase de sevrage de votre petit à l’approche de votre retour au bureau ? Pas de panique ! Le tout est de ne surtout pas se stresser au risque de faire ressentir vos émotions au bébé. Prenez votre temps. Si votre petit refuse les biberons, faites une pause, promenez-le, restez proche de lui puis réitérez. Un refus à nouveau ? Laissez passer un jour ou deux puis tentez d’alterner entre repas au sein et biberon.

⇨ Le choix des bonnes tétines

Si bébé refuse catégoriquement le biberon, c’est qu’il pense encore au sein de sa maman. Le mieux est donc d’investir dans un lot de tétines physiologiques dont la forme est très proche de celle du mamelon. On pense également à choisir la vitesse la moins rapide afin d’éviter de le nourrir trop vite, ce qui pourrait entrainer des vomissements ou des diarrhées.

⇨ Le bon rythme

Évidement, le mieux c’est de s’y prendre un petit peu à l’avance, surtout si vous comptez reprendre le travail et laisser votre petit à une nourrice ou à la crèche. Sachez qu’il faut environ 15 jours au petit pour s’habituer à ses nouveaux repas et s’adapter à une toute nouvelle alimentation.

⇨ Les conseils

Bébé n’est pas forcément adepte du gout et de l’odeur du plastique. Pour s’éviter un énième refus, on trempe la tétine dans le lait chaud qui va altérer un peu cette odeur gênante pour le petit. Vous pouvez également lui préparer ses premiers biberons en utilisant du lait maternel à l’aide d’un tire-lait. Le gout et l’odeur lui étant déjà familiers, cela devrait l’aider un peu à accepter le changement.

Et du côté de la maman ?

Le sevrage peut s’avérer difficile du côté de la maman, en tout cas physiquement. Après avoir été habitués à la lactation, les seins sont laissés de côté quasiment du jour au lendemain. Ils deviennent alors douloureux, lourds et demandent à être vidés afin de calmer la douleur. Le temps du sevrage, profitez-en pour les vider sous la douche au fur et à mesure que bébé accepte ses biberons.

); ut mattis Nullam eget dolor. venenatis, Donec ipsum tristique porta. commodo Sed