Couches bébé les moins toxiques : lesquels choisir ?

À l’ère où les consommateurs et les entreprises deviennent de plus en plus vigilants sur la composition des produits, certains d’entre eux restent encore très en retard. C’est le cas notamment des couches jetables, dont l’analyse de l’ensemble des marques n’a pas été satisfaisante. Bourrées de produits toxiques qui pourraient être néfastes pour l’enfant, les couches restent cependant indispensables dans les premiers mois de la vie de bébé. Alors, comment faire pour s’y retrouver et faire le meilleur choix ?

Quel est le risque ?

On estime qu’au cours de sa vie, un bébé utilisera en moyenne, près de 4000 couches. Ce qui en fait un produit à l’utilisation rapprochée. Le hic, c’est que d’après le rapport de l’Anses, de nombreuses substances toxiques sont présentes dans les couches jetables et donc au contact régulier de zones sensibles comme les parties génitales, encore sensibles du bébé.

D’après eux, « aucune marque n’est meilleure qu’une autre », ce qui amplifie d’autant plus, le stress autour du choix des couches. Les dites substances chimiques qui s’avèrent dangereuses sont d’ailleurs comprises dans les substances parfumantes et aromatiques et dont le seuil sanitaire imposé est souvent dépassé. Ces dernières peuvent alors migrer dans l’urine ou les selles du petit et risquer de provoquer des allergies, plus ou moins lourdes en fonction de la sensibilité de l’enfant.

Une évolution est envisagée ?

Il semblerait que la publication de ce rapport ait poussé les entreprises a changer leur mode de fabrication. De nombreux efforts ont été faits en ce qui concerne la composition des couches et les risques toxiques, mais la route est encore longue pour atteindre la perfection.

Suite à la seconde batterie de tests réalisés un an après la première étude, il a été démontré que l’ensemble des couches passent haut la main les tests d’absorption. En revanche, au niveau des compositions, on retrouve encore certains résidus notamment des dérivés du glyphosate.

Que les parents se rassurent, le taux très infime de substances toxiques semble ne pas présenter de risque pour les bébés, à court ou à long terme. L’objectif zéro substance n’est pas encore acquise. Pour autant, les représentants des marques de couches ont été convoqués afin de travailler sur ces points. Ils avaient par conséquent, 3 mois pour éliminer les substances aromatiques, 5 mois pour revoir leur circuit de production et éliminer les sources de contamination, éradiquer le chlore, et étendre les informations aux consommateurs.

Une année plus tard, c’est le magazine 60 millions de consommateurs qui se lancent dans la guerre à la substance toxique. Il met d’ailleurs en évidence des résultats encourageants comme le fait que le nombre de couches testées contenant des traces de substances toxiques est moins important qu’en 2017. Les couches bio, elles aussi, ne jouissent pas toujours de bons avis et peuvent contenir des substances nocives pour les bébés malgré leur appellation.

Quelle couche choisir ?

D’après les tests réalisés, la marque Joone Protection premium sort du lot et se classe en haut du podium. Petit hic, leur prix à l’unité qui avoisine les 40 centimes contre 30 centimes pour des Pampers Baby Dry. Pour les marques contenant le moins de substance, les Lotus Baby Touch se classent en haut du podium. Les couches Pampers Premium Protection et Baby Dry sont aussi sur le podium comme les marques Carrefour, Pommette, Lupilu et Naty.

Les résultats diffèrent entre les tests réalisés par 60 millions de consommateurs et UFC que choisir. Seules les couches Pampers Baby Dry se retrouvent dans les deux résultats. L’autre alternative sûre reste également les couches lavables, plus chères à l’achat, mais exemptes de nocivité.

); diam efficitur. ut vel, sit non Donec risus. mi, dapibus nunc