Sortie bébé

Draisienne ou tricycle?

5 minutes de lecture
draisienne ou tricycle

Votre bébé grandit et vous voulez lui donner un début d’autonomie. Vous hésitez entre la stabilité du tricycle ou la motricité apportée par la draisienne (vélo sans pédale). Voici quelques éléments pour vous aider dans votre choix.

Quelles différences entre un tricycle et une draisienne pour un enfant?

On les compare souvent mais finalement ils n’ont pas grand chose à voir. Objectif, positionnement, autonomie : pratiquement tout est différent entre ces 2 engins.

Déjà, le tricycle aura comme principal objectif l’amusement et le déplacement de jeux avec votre enfant. La draisienne, quant à elle vise au développement de l’équilibre. Ensuite, une draisienne permet – de par son gabarit – une plus grande autonomie à votre enfant. Une fois en contrôle, il peut se déplacer aisément, contourner les obstacles.

Enfin la posture est totalement différente : alignement tête/corps/pied sur la draisienne, enfant semi allongé sur le tricycle. La posture que l’enfant est bien obligé d’adopter sur une draisienne, avec les jambes dans le prolongement du haut du corps correspond à une posture physiologique, naturelle. L’équilibre se trouve alors naturellement, comme lorsqu’il a appris à marcher.

Sur un tricycle, la position est plus stable du fait des trois roues, le guidon est plus haut que sur un vélo et, surtout, les pédales se situent sur la roue avant. 

Que choisir à 2 ans pour développer l’autonomie de votre enfant?

Maniables et légères, les draisiennes offrent une certaine liberté à votre enfant. L’enfant pourra dès lors prendre conscience qu’il est seul à maîtriser son 2 roues.

Certains modèles de tricycles sont eux pourvus d’une canne amovible qui permet au parent de suivre son enfant afin qu’il ne s’éloigne pas trop et de l’aider à se diriger. La démarche et l’objectif sont donc bien différents.

Selon Frédéric Héran, économiste et urbaniste, maître de conférences à l’Université de Lille 1, l’essor des tricycles date des années 1950-1970, “quand le vélo s’est retrouvé cantonné à un usage de loisir et de jeu pour enfant. Plus question de laisser les gamins circuler librement à vélo dans la rue : place à la voiture, symbole de progrès. Le tricycle – avec poignée directrice ! – comme les petites roues empêchaient les enfants de prendre un peu trop vite leur autonomie en les obligeant à rester sous la surveillance constante des adultes.”

A l’ère de la motricité libre et des activités autonomes, “l’essor de la draisienne pour enfant est finalement le symbole du retour de la bicyclette et de la liberté incomparable qu’elle peut procurer dès le plus jeune âge, dans une ville au trafic automobile enfin calmé.” poursuit l’urbaniste.

Vous l’aurez compris : les 2 engins n’ont pas les mêmes objectifs ni les mêmes usages. Si vous souhaitez développer l’autonomie de votre enfant, n’hésitez plus et choisissez une draisienne.

La draisienne est-elle vraiment plus pertinente pour apprendre à faire du vélo?

La draisienne, ce petit vélo sans pédales, est souvent utilisée à partir de 2 ans. L’enfant est maintenant à l’aise pour se déplacer. Adopter une draisienne va accélérer son équilibre et sa motricité fine. Ces 2 éléments seront par la suite essentiel pour se sentir en sécurité sur un vélo.
« Rouler à vélo, c’est enchaîner et coordonner de nombreux mouvements. Ajoutez là dessus la coordination œil/main et l’équilibre… ça fait beaucoup d’éléments à prendre en compte », détaille Karine Roulin, psychomotricienne.

La draisienne, quant à elle, permet déjà de découvrir son équilibre, gérer son positionnement sur un engin à 2 roue. Il s’agit d’une première étape dans l’appprentissage du vélo mais surtout un développement essentiel de l’enfant.

Quel âge pour la draisienne? et pour le tricycle?

Alors qu’un enfant peur utiliser dès ses 9 mois un tricycle, il faudra attendre qu’il sache bien marcher pour considérer la draisienne.

 « On peut envisager la draisienne à partir de 2 ans, explique la psychomotricienne. Bien sûr cela dépend de chaque enfant et de sa rapidité à marcher.

La question de la taille est également essentiel. Il faut que l’enfant se sente en contrôle complet de la situation, donc évidemment pas sur la pointe des pieds pour débuter.
« Avec la draisienne, l’enfant découvre d’emblée ce qui fait tout le plaisir magique du vélo : l’équilibre dynamique sur deux roues, résume très bien Frédéric Héran, économiste et urbaniste, maître de conférences à l’Université de Lille 1. La légèreté et la simplicité de l’engin sont parfaitement adaptées à sa morphologie et lui donnent une dextérité extraordinaire. ».

Draisienne ou Tricycle : le verdict?

L’un n’est pas incompatible avec l’autre. Elles servent deux objectifs relativement différents.

Le Tricycle pourra accompagner très tôt votre enfant dans ses jeux. Il vous permettra également de partir facilement en balade avec ses jouets.

De son côté, la draisienne est vraiment utile pour développer la motricité libre de votre enfant, étape essentielle pour apprendre plus tard à faire du vélo en toute sécurité.